Les compétences – et non les diplômes – détermineront l’avenir du travail

  • La nature du travail et des carrières évolue rapidement et, à l’avenir, les compétences adéquates seront plus appréciées que les seules qualifications académiques.
  • Le ralentissement de la COVID-19 offre aux employeurs l’occasion de remodeler leurs pratiques d’embauche en fonction de ce changement de paradigme.
  • La manière dont les entreprises peuvent changer leur mentalité contribuera à définir leurs performances futures.

Depuis des générations, nous avons passé le premier tiers de notre vie à acquérir les diplômes universitaires dont nous avons besoin pour trouver un emploi. Ces diplômes sont les cachets qui figurent sur nos passeports professionnels et qui ont ouvert la voie aux deux tiers restants de notre parcours. Cela implique que la nature de notre travail, ainsi que les compétences et les connaissances requises pour l’exécuter, restent inchangées pendant toute une vie – ce qui n’est bien sûr plus vrai.

Plus d’un milliard d’emplois, soit près d’un tiers de tous les emplois dans le monde, seront probablement transformés par la technologie au cours de la prochaine décennie. Nous voyons déjà ce phénomène se produire. Cela signifie une augmentation rapide et sans précédent des nouveaux types d’emplois numériques. Il y aura un afflux rapide de rôles à l’avant-garde de l’économie des données et de l’IA, ainsi que de nouveaux rôles dans l’ingénierie, l’informatique en nuage et le développement de produits.

Ces emplois nécessitent des talents dotés de compétences pertinentes.

Il est intéressant de noter que l’avenir du travail ne sera pas seulement une question de compétences difficiles ; il s’agira de compétences professionnelles globales.

En matière de compétences, les employeurs ne recherchent pas seulement des compétences techniques ou axées sur la tâche. Les entreprises veulent des personnes ayant le souci du détail, des compétences créatives en matière de résolution de problèmes, un esprit de collaboration et une capacité à gérer l’ambiguïté et la complexité. Ce sont là aussi des compétences qui peuvent être acquises, souvent dans le cadre de programmes d’apprentissage.

En fait, il est constaté que les professions émergentes reflètent l’importance constante de l’interaction humaine dans la nouvelle économie, ce qui entraîne une demande accrue de rôles à l’avant-garde des personnes et de la culture.

Tout chef d’entreprise conviendra que trouver non seulement les bonnes personnes, mais aussi des personnes ayant les compétences et l’état d’esprit adéquats, est un défi de taille pour les entreprises.

https://fr.weforum.org/agenda/2020/10/pourquoi-ce-sont-les-competences-et-non-les-diplomes-qui-determineront-lavenir-du-travail