Temps partagé : un DAF DRH partage son expérience

Un nombre croissant de managers se tournent vers le « temps partagé » et collaborent ainsi avec plusieurs entreprises en même temps. Ce secteur connaît une forte progression pour les fonctions DAF et DRH, liée notamment à une demande accrue des PME, qui ont besoin de personnes hautement qualifiées sans avoir les moyens de les recruter en CDI à temps plein. 

DAF et DRH à temps partagé, le basculement

Frédéric, s’est retrouvé sur le marché du travail à 54 ans. Il se refuse à dépenser son énergie trop longtemps dans une recherche de CDI et décide de prendre son destin en main. Il se renseigne sur le métier de DAF à temps partagé, interroge plusieurs personnes qui pratiquent cette activité, Il comprend alors que l’âge, au lieu d’être un handicap, est plutôt un avantage, car gage de séniorité et d’expérience dans la fonction.

Il apprend très vite que lorsque l’on fonctionne à temps partiel dans une entreprise, en tant que prestataire, on est moins soumis au jeu d’acteurs, aux luttes de pouvoirs, à la crainte de perdre son job. L’efficacité et la recherche de résultat priment, avec un véritable positionnement de business partner.

Les plus et les moins du métier selon Fréderic

« Le premier avantage est la liberté et la souplesse que ce type d’activité à temps partagé me procure. Je peux me permettre aujourd’hui de ne faire que ce qui m’intéresse, de refuser des missions, d’orienter mes clients vers d’autres solutions si je le juge opportun. Je jugule le risque lié au fait de n’avoir qu’un seul employeur.

En contrepartie, j’ai dû déployer une énergie intense pour trouver mes premières missions. Et aujourd’hui encore il me faut régulièrement trouver de nouveaux clients. La démarche commerciale n’est pas évidente pour un DAF… Il faut aussi faire face à un certain isolement. »

Lire la suite